आदर्शिनी

À propos de ce site

Accueil > Documents & communiqués du CPI(Maoist) > Communiqué de presse - CPI(Maoist) - Central Committee - 24 mars (...)
Télécharger l'article au format PDF

Communiqué de presse - CPI(Maoist) - Central Committee - 24 mars 2014

BOYCOTTER LE SIMULACRE D’ÉLECTION DU PARLEMENT ET DES ASSEMBLÉES ! FAIRE DE LA RÉVOLUTION DE NOUVELLE DÉMOCRATIE UN SUCCÈS ! LA CONSTRUCTION D’UNE RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE DÉMOCRATIQUE POPULAIRE INDIENNE FONDÉE SUR UNE VÉRITABLE DÉMOCRATIE ET L’AUTONOMIE EST LA SEULE ALTERNATIVE !

Les élections pour la seizième Lok Sabha et pour les assemblées du Telengana, de Seemandhra, de l’Odisha, du Sikkim et de l’Arunachal Pradesh doivent se tenir du 7 avril au 12 mai 2014. Les classes dirigeantes exploiteuses de notre pays se préparent à imposer un énorme fardeau financier de plus à la population en dépensant des dizaines de millions de roupies pour celles-ci. A cette occasion, les partis parlementaires principaux, le Congrès et le BJP, rivalisent énormément l’un avec l’autre pour le pouvoir et tentent, une fois de plus, de duper la population en prétendant qu’il n’y a qu’eux qui développeraient le pays. Les défections profondes des alliances opportunistes de l’UPA dirigée par le Congrès et de la NDA dirigée par le BJP vers d’autres partis et vice-versa avaient commencé depuis longtemps et elles prennent de la rapidité alors que les élections se rapprochent.
Récemment, le Third Front s’est mis en évidence en fanfare avec onze partis. Comme tout le monde s’y attendait, il est toujours plongé dans des pugilats en ce qui concerne le partage des sièges. L’accord entre le Left Front et l’AIADMK dans le Third Front est devenu nul avant même que l’encre n’ait séché en raison de différends dans le partage des sièges. Les partis de gauche, y compris le CPI(M), ne s’étaient pas encore remis de la défaite insultante qu’ils avaient subie aux élections du Bengale occidental. Les partis tels que le SP, le BSP, le DMK, l’AIADMK, le Biju Janata Dal, le Janata Dal (U), le Trinamool, l’AGP, le TDP, le TRS, l’YSRCP, etc, craignent la défaite s’ils rejoignaient soit l’UPA soit la NDA et ont donc rejoint le Third Front ou y vont seuls avec de prétendus slogans de justice sociale, d’émancipation des Dalits et des Bahujans, de développement régional, etc. Les partis du Third Front et les partis se présentant tout seuls suivent tous une politique d’"attentisme" pour rejoindre l’alliance, quelle qu’elle soit, qui accèdera au pouvoir après les résultats des élections. Comme le Lok Jansakta Dal, qui a rejoint la NDA au moment où il a senti que la défaite était certaine s’il restait dans l’UPA, la RJD continue dans l’UPA pour, d’une certaine manière, garder sa lanterne allumée. Les politiciens appartenant à divers partis qui se sont mis en évidence du jour au lendemain avec de nouveaux drapeaux et de nouveaux programmes après avoir quitté leur parti de peur d’une défaite due à la colère populaire ou parce qu’ils n’ont pas obtenu de siège dans leurs partis se lancent autant de boue que possible les uns sur les autres dans cette lutte pour les sièges. Comme ils avaient accédé au pouvoir en laissant de côté toutes morales et toutes règles avec pour seul but le pouvoir grâce à l’argent et qu’ils avaient exploité, opprimé et torturé les gens sans répit et perdu leur confiance, ayant perdu tout espoir de l’emporter dans ces élections, ils ont recours à de telles méthodes opportunistes flagrantes.
Le Aap Aadmin Party (AAP) est entré dans l’arène politique dans le but de bénéficier, une fois encore, de l’immersion de la population dans des illusions. Il essaye d’attirer l’attention des gens avec un discours révolutionnaire caché dans un éclectisme idéologique consistant en les politiques "socialistes" de "Swaraj" et d’"Ashima" gandhienne de Jayaprakash Narain et ses positions ONGistes de "démocratie participative directe".
Bien que des élections aient été organisées plusieurs fois et que plusieurs gouvernements aient changé pendant les 65 dernières années de pouvoir "indépendant", c’est un fait que même jusqu’à aujourd’hui, les besoins essentiels de la population tels que la nourriture, les vêtements, l’abri, l’éducation et les services de santé restent hors de portée. Les masses opprimées qui constituent 95% de la population font face à la pauvreté, à l’analphabétisme, au chômage, à la hausse des prix, aux maladies, aux morts de faim, à la corruption, etc, au quotidien. 77% de la population vit avec moins de 20 roupies par jour. D’autre part, la grande bourgeoisie et les gros propriétaires fonciers jouissent d’énormes quantités de richesses. Cent sociétés appartenant à des vautours tels que Ambani, Tata, Birla, Mittal, Jindal, etc, représentent 25% du PIB de notre pays. Le gouffre entre les riches et les pauvres s’est agrandi d’une façon qui dépasser l’imagination. La corruption et les escroqueries ont augmenté à pas de géant. Les lois formulées pour entraver ces différences sociales et pour les empêcher n’ont jamais été utilisées sur les classes possédantes. En conséquence, l’agitation sociale gonfle. L’oppression chauvine religieuse de l’Hindutva Sangh Parivar sur les minorités religieuses et l’oppression hindutva de la caste supérieure brahmanique sur les Dalits dans notre pays ont augmenté. La répression contre les luttes de libération nationale comme au Cachemire, en Assam ou au Manipur s’intensifie jour après jour. A la suite des interminables luttes des habitants du Telangana pendant des dizaines d’années, le parlement a inévitablement dû donner son approbation pour la formation d’un état distinct pour le Telangana. Cependant, ils répriment toujours les aspirations à l’indépendance au Bodoland, au Gorkhaland, etc. Les Adivasis sont continuellement privés de leurs droits sur Jal-Jungle-Zameen-Adhikar. Les femmes sont écrasées sous la brutale culture féodale et impérialiste. Alors que le gouvernement UPA dirigé par le Congrès met rapidement en place la deuxième phase des réformes économiques sans sa règle des cinq ans dans le cadre de la continuation des politiques de libéralisation, privatisation et mondialisation (LPM) en raison de la pression des impérialistes et des grands capitalistes de notre pays qui sont enlisés dans la crise économique mondiale, les conditions se sont détériorées dans tous les secteurs de notre pays. Il a signé d’innombrables MOU avec des multinationales et de grandes sociétés de notre pays et a largement ouvert les portes à une exploitation systématique en leur cédant les richesses naturelles de notre pays. Transgressant éhontément le 5th Schedule, le PSA, etc, de la Constitution dans les régions adivasi, il organise des gram sabhas sous la contrainte dans plusieurs régions de notre pays avec les paysans et les Adivasis, prenant de force leur consentement pour l’acquisition de la terre et applique des politiques qui les déplaceraient à une échelle gigantesque. En raison des politiques creuses de ce gouvernement, la production industrielle dans notre pays a souffert et des centaines de milliers de travailleurs ont été jetés sur les routes. La charge de travail sur les travailleurs a augmenté. Leurs salaires réels ont dégringolé. Le nombre de travailleurs non-syndiqués en dehors des limites du droit du travail a augmenté. Il a adopté des politiques qui céderaient la vente au détail aux sociétés impérialistes. Il a progressivement remis le secteur de l’agriculture aux sociétés et a poussé l’agriculture dans une crise intense. L’augmentation des coûts de production, le manque de soutien gouvernemental sous forme de prêts, etc, et le manque de prix de soutien minimum ont conduit à des suicides de fermiers à grande échelle. Les vies des gens sont devenues insupportables avec la montée en flèche des prix des biens de consommation quotidiens et l’augmentation de temps en temps, des prix de l’essence et du diesel. La privatisation du secteur de l’éducation et de la santé les ont transformé en une chose rare pour le peuple. La corruption a atteint des sommets et avec les grandes escroqueries telles que le spectre 2G, les Jeux du Commonwealth, le Coal Gate, etc, les divers politiciens de la classe dirigeante, les cliques et les supérieurs militaires/gouvernementaux ont englouti des centaines de millions de roupies des finances publiques. Ces bandits et traitres effrontés ont planqué des milliards de dollars dans des banques suisses.
Les plans adoptés par le gouvernement UPA et portés aux nues comme étant le rêve "Garibi Hatao" d’Indira Gandhi réalisé par Sonia Gandhi sont tous devenus ridicules avec la corruption puante. En fait, le slogan d’antan de réformes agraires a totalement disparu. En raison de ces politiques nuisibles à l’écologie, des catastrophes naturelles comme en Uttarkhand, d’intempestives pluies et des cyclones se produisent et la population subi de lourdes pertes. Ces actes législatifs tous neufs relatifs à "l’acquisition de la terre", "la sécurité alimentaire" et "Nirbhaya" visent à servir les intérêts des impérialistes et des classes dirigeantes exploiteuses, ou à servir de poudre aux yeux.
Le gouvernement UPA dépendait des forces commandos, militaires, paramilitaires et de la police spéciale et des agences de renseignement telles que l’IB, la NIA et le SIB pour réprimer les masses qui se rebellent contre ses politiques anti-populaires et pour consolider son autorité et continuer ses offensives selon des méthodes fascistes. Il restreint les droits civils et même le droit de vivre. Les forces ennemies dirigent les massacres de centaines d’Adivasis, de Dalits et d’autres activistes révolutionnaires des masses opprimées et dans les zones de mouvement révolutionnaire dirigées par notre parti. Dans le cadre de sa sécurité intensive, toutes les zones de mouvement dans les différents états ont été transformées en camps militaires des forces ennemies. Des milliers d’innocents, d’activistes révolutionnaires et de dirigeants ont été mis en prison. D’une part, ils crient que "les guérilleros maoïstes qui recourent à la violence dans les forêts n’ont aucune idéologie" et d’autre part, ils tentent de maitriser les intellectuels en affirmant que ‘les idéologues maoïstes sont plus dangereux que les guérilleros’. Ils essayent d’isoler les intellectuels progressistes, les écrivains, les jeunes et les étudiants du mouvement révolutionnaire et de les dresser contre celui-ci. Les gouvernements d’états BJP, Left Front et autres collaborent également avec le gouvernement UPA dans ceci. Au cours des dix dernières années, le BJP a soutenu le gouvernement UPA sur toutes les politiques majeures qu’il a mis en oeuvre. L’unique différence étant l’endroit où il siège - soit au pouvoir, soit dans l’opposition. Toutes leurs accusations et contre-accusations ont été effectuées dans le but de duper la population. Il n’y a pas non plus de grande différence entre le gouvernement central et les gouvernements des états à cet égard, quel que soit le parti au pouvoir. De la même façon, cette répression n’est pas uniquement limitée aux zones de mouvement maoïstes. Les luttes anti-POSCO et anti-nucléaire de Kudamkulam sont des exemples récents de ceci. L’hégémonie des impérialistes américains dans les sphères économique, politique, militaire et culturelle et l’intervention de son agence de renseignements, le FBI, ont augmenté durant le gouvernement UPA. Les révélations de Wikileaks ont bien fait comprendre que près de 100.000 soldats et officiers américains séjournent clandestinement dans notre pays et transmettent toutes sortes de soutien et d’assistance, directement ou indirectement, en imposant le fascisme à la population.
Le Congrès, qui a été au pouvoir sans interruption pendant dix ans, a suivi les politiques pro-impérialistes, pro-bourgeoisie bureaucratique compradore et pro-grands propriétaires fonciers et a été responsable des conditions de vie atroces de la population, de l’économie désastreuse de notre pays, des massacres de milliers de gens et d’activistes de différents mouvements révolutionnaires et démocratiques et de la persécution des minorités religieuses les qualifiant de "terroristes". Il s’est distingué de manière douteuse en étant l’initiateur du plus grand nombre d’escroqueries de corruption de l’histoire parlementaire de notre pays. En conséquence, il s’est attiré la haine intense de la population. Pour échapper à ceci et duper le peuple, le Congrès met en évidence son principal slogan de "Bharat Nirman", attirant l’attention vers le "développement" accompli durant ces dix dernières années au pouvoir, vers les lois anti-corruption, d’acquisition de la terre, de sécurité alimentaire et Nirbhaya et les plans d’aide sociale qu’il a formulé. Le Congrès a été au pouvoir au Centre et dans la plupart des états durant la plus longue période après 1947. Il fut surtout responsable, en étant au pouvoir pendant une période si longue, de l’application des politiques anti-populaires formulées. Les massacres des minorités religieuses, en particulier le massacre des Sikhs en 1984, ont eu lieu sous son gouvernement. Bien que le Sangh Parivar ait été directement responsable de la destruction de la Babri Masjid, c’est le Congrès qui était derrière le drame aigu issu du Centre. Il a été principalement responsable de la répression des justes luttes de libération nationale du Cachemire et de l’actuel Nord-Est en massacrant des dizaines de milliers de jeunes grâce à sa force militaire. Il a mis en oeuvre toutes ces politiques anti-populaires avec l’aide des autres partis parlementaires lorsqu’il était au pouvoir et également en s’associant avec les alliances au pouvoir quand il n’y était pas. Qui d’autre que le Congrès serait principalement responsable des insupportables conditions des travailleurs, des paysans, des sections petites-bourgeoises, des nationalités opprimées, des Dalits, des Adivasis, des minorités religieuses, des femmes, des petits et moyens capitalistes dans notre pays ? Les gens ne sont pas aussi crédules que pour croire son "Bharat Nirman", ses soi-disant plans d’aide sociale et sa attitude trompeuse d’anti-corruption.
La principale attaque du BJP va contre le gouvernement corrompu du Congrès. Il est clair qu’il n’a aucune politique fondamentalement différente que le Congrès sur aucun des problèmes principaux qu’affrontent la population et le pays et qu’il a les mêmes politiques corrompues, perfides et dictatoriales dans tous les domaines. Selon la directive de la RSS, le BJP a annoncé le fanatique hindou et boucher Narendra Modi comme étant son candidat premier ministre. Il cache son programme chauvin hindou derrière le modèle ‘Gujarat Vikas’ et concentre tout son dispositif autour de Modi pour s’emparer du pouvoir au Centre une fois de plus. Le modèle "Gujarat Vikas" signifie terroriser les minorités musulmanes et chrétiennes, saisir leurs biens, les chasser de leurs demeures ou de les rendre serviles par les massacres des minorités religieuses musulmanes et de les soumettre à d’innombrables atrocités en même temps que les atrocités sur les minorités religieuses chrétiennes ; faire de l’état tout entier le centre des investissements des multinationales, de la grande bourgeoisie et ouvrir les portes à leur exploitation et oppression incessantes. Le Sangh Parivar et le BJP aspirent à instaurer leur modèle hitlérien sous l’apparence de "Vikas" dans tout le pays en accédant au pouvoir par ces élections. Le Congrès a accédé au pouvoir lors des deux périodes précédentes et s’est attiré la vive colère de la population. Par conséquent, les classes dirigeantes et les impérialistes américains soutiennent ouvertement la candidature de Modi pour le poste de premier ministre étant donné qu’il mettrait impitoyablement leur programme en pratique. En conséquence, les mass-médias propagent Modi sur une très grande échelle. Sa tentative de l’emporter aux élections à Delhi en amenant un fossé religieux grâce aux émeutes religieuses à Muzaffarnagar n’indique que son visage fasciste. La déclaration de Rajnath Singh quelques jours avant l’annonce des dates des élections dans laquelle il s’excusait auprès des musulmans "si à un quelconque endroit on leur avait fait du tort" n’est qu’un stratagème pour dissimuler le massacre des musulmans dirigé par Modi au Gujarat et obtenir leur vote. Mais comment les minorités religieuses chrétiennes et musulmanes pourraient-elles oublier les massacres, la discrimination, la répression et le chauvinisme qu’elles ont subi aux mains du Sangh Parivar dès 1947 jusqu’aux récents meurtres à Muzaffarnagar ? Le pogrom et la persécution des minorités religieuses au Gujarat sous Modi ont rencontré une opposition et une protestation sans précédent non seulement au Gujarat, mais dans tout le pays. Même s’ils accèdent au pouvoir, les fascistes hindous devront faire face à la résistance active, à l’échelle nationale, des minorités musulmanes et chrétiennes, des force révolutionnaires et démocratiques. Cela serait alors la plus grande tâche de ces forces.
Le AAP, qui est né a a été élevé avec des origines d’ONG et sur des fonds et un soutien impérialistes et de la NRI, ne se penche pas sur les origines de ce système et sur les problèmes fondamentaux des gens et a recours à des prouesses gandhiennes pour résoudre les problèmes des gens. Ils n’ont aucune solution aux problèmes fondamentaux des classes, des habitants et des sections opprimées qui sont réprimés sous l’exploitation et l’oppression. Il sert de soupape de sûreté pour détourner la colère populaire en éruption en des solutions pacifiques et parlementaires et essaye d’en tirer profit.
Les problèmes réels des gens ne sont jamais soulevés pour être débattus au parlement et dans les assemblées. Ils sont sous le contrôle des impérialistes, de la bourgeoisie bureaucratique compradore et des grands propriétaires fonciers. Où est la place de la démocratie dans ce système où les votes ont pu être achetés avec de l’argent, des spiritueux, des sentiments castéistes ou religieux ? Il est ridicule d’appeler ici une démocratie alors que des criminels, des bandits et des politiciens notoirement corrompus gagnent les élections. En fait, lorsque nous examinons l’histoire, nous découvrons que les problèmes des gens ont toujours été résolus grâce à des luttes populaires, des luttes de classe et la guerre populaire prolongée, et non grâce aux forums parlementaires.
Etant donné que les élections sont chaque fois dirigées comme une mascarade, la commission électorale de l’Inde s’est jurée de renforcer la démocratie au cours de ces élections et essayer d’introduire plusieurs réformes en même temps que d’inclure des directives selon les ordres de la Cour Suprême. Dans le cadre du renforcement de la démocratie, la Cour Suprême avait émis l’ordre de donner aux électeurs le droit de "rejeter". En conséquence, le bouton NOTA fut introduit dans les machines pour enregistrer les votes électroniques pour la première fois pendant les élections parlementaires dans cinq états en 2013. Maintenant, durant ces élections pour la Lok Sabha, ceci est introduit à travers tout le pays. En fait, ce droit NOTA met fin au "droit de révocation" des représentants élus que la population devrait légitimement avoir. S’ils ont réellement l’intention de donner le "droit de rejeter", alors pourquoi déploient-ils des centaines de milliers de forces armées gouvernementales dans les régions où notre parti avait donné l’appel de boycotter les élections au nom de la conduite d’élections "libres et équitables" et pourquoi dirigent-ils des attaques, des opérations de recherche, des arrestations, des fausses rencontres et des massacres ?
Lénine, le grand professeur marxiste a formulé dans son "L’Etat et la Révolution" - "Les élections sont tenues pour décider, une fois toutes les quelques années, quel membre de la classe dirigeante doit réprimer et écraser la population à travers le parlement - telle est l’essence réelles du parlementarisme bourgeois non seulement dans les monarchies parlementaires constitutionnelles, mais également dans les républiques les plus démocratiques". Ceci est davantage applicable à notre pays semi-colonial, semi-féodal qui se prétend être la "plus grande démocratie du monde". C’est la raison pour laquelle personne parmi les classes opprimées ne croit que sa vie pourrait changer ou qu’il pourrait y avoir un changement fondamental dans ce système par l’intermédiaire de ces élections. Dans toutes les élections tenues dans notre pays jusqu’ici, une quantité considérable d’électeurs se distancient du scrutin. Les partis plus puissants occupent les isoloirs avec leurs hommes de main et dirigent le trucage. Même ceux qui votent ne le font pas parce qu’ils croient que ces élections pourraient leur profiter. Ils votent juste pour les nécessités locales ou d’autres pressions ou des appâts tels que la caste, la religion, le régionalisme, l’argent, les boissons alcoolisées, les attitudes anti-sociales, etc. Il n’y a pas d’alternative pour la population dans ce simulacre de système parlementaire.
Tous les gros partis se mettant en évidence aux élections sont soumis aux impérialistes et représentent les classes dirigeantes exploiteuses indiennes. Tous ces partis sont anti-populaires, perfides, corrompus, oppressifs, réactionnaires et fascistes de nature. Le but de ces partis est de servir les intérêts de l’impérialisme, de la bourgeoisie bureaucrate compradore et des classes de grands propriétaires fonciers, de garder intact le système semi-colonial, semi-féodal indien et d’écraser tous les mouvements démocratiques et révolutionnaires. Ils se rassemblent pour faire taire notre parti, le CPI(Maoist) qui se manifeste comme une alternative à ceci, la révolution de nouvelle démocratie qu’il dirige et les nouveaux organes embryonnaires de pouvoir politique qui représentent la république fédérale démocratique populaire indienne basée sur une véritable démocratie et l’autonomie. Bien que ces partis compradores se prélassent dans la porcherie du parlement pour le pouvoir et se lancent dans des combats de chiens les uns contre les autres pour leur part du butin, quand il s’agit d’écraser le mouvement révolutionnaire en le cataloguant comme ‘la plus grande menace pour la sécurité intérieure’ de notre pays, ils sont unanimes. Ils ont recours à une offensive violente sur plusieurs fronts selon les stratégie et tactiques de conflit de basse intensité imposées par les USA. Leurs trompeuses propositions de pourparlers de paix et de projets de réformes visent à détourner la population et les démocrates pour mener une offensive plus brutale contre le mouvement révolutionnaire. L’offensive sur plusieurs fronts à l’échelle nationale dirigée sous le nom de War on People - Operation Green Hunt depuis la mi-2009 par le gouvernement central en complicité avec le BJP et avec plusieurs gouvernements d’états fait partie de ceci. Ils tentent, sans succès, par la répression, de maintenir ce système exploiteur. Mais dans une toile de fond où les conditions révolutionnaires se développent jour après jour, ils sont condamnés à être balayés par le peuple.
Le système exploiteur actuel ne peut pas être transformé avec des élections. Les problèmes fondamentaux de la population ne pourraient être résolus. Même ses besoins fondamentaux ne pourraient être satisfaits. Tous les partis électoraux sont farouchement opposés à la véritable démocratie, autonomie et souveraineté de notre pays. Aucun d’entre eux n’est moralement qualifié pour demander à notre peuple de voter pour lui. C’est pourquoi notre parti lance un appel au peuple de l’Inde tout entier de boycotter ce simulacre d’élections parlementaires et d’aller de l’avant dans la voie de la guerre populaire prolongée pour la victoire de la révolution de nouvelle démocratie menée avec comme axe la révolution agraire sur la base de "la terre au laboureur" pour fonder une république fédérale démocratique populaire indienne. Ce nouvel état démocratique sera la dictature démocratique populaire exercée par le front uni composé des classes du prolétariat, de la paysannerie, de la petite bourgeoisie et de la bourgeoisie nationale sous la direction du prolétariat basée sur l’alliance ouvrier/paysan pour libérer notre pays des griffes des impérialistes, de la bourgeoisie bureaucrate compradore et des grands propriétaires fonciers.
Abhay - Porte-Parole - Central Committee du CPI(Maoist)